Petit Ouvrage de Sentzich

L’ouvrage d’infanterie de Sentzich (A16) est du type « monobloc ». Il fait partie des quatre petits ouvrages de ce type »monobloc » construits sur la Ligne Maginot qui sont, d’est en ouest, les P.O. de Coume-Annexe Nord, de Sentzich, de l’Oberheide et du Bois Karre. Les trois derniers se trouvent dans la forêt de Cattenom et sont sauvegardés par notre association. D’autre P.O. du type « monobloc » existent comme le Bois-du-Four, mais cet ouvrage est en fait le seul bloc réalisé d’un ouvrage avec galeries souterraines qui n’a finalement pas été complété. L’ouvrage est un énorme bloc de béton renfermant deux chambres de tir et une tourelle de mitrailleuses. Cette dernière fut la première produite par les établissements Batignolles-Chatillon.

La chambre de tir nord flanque l’intervalle vers le bloc 5 du Galgenberg. Ce versant étant très pentu, les concepteurs ont estimé que l’ennemi ne pourrait y développer une attaque importante. Aussi, cette chambre de tir n’a reçu qu’un seul créneau pour un jumelage de mitrailleuses Reibel ou un canon antichar de 37 mm Mle 1934. Une cloche GFM complète la défense des dessus du côté nord de l’ouvrage.

La tourelle de mitrailleuses défend les dessus de l’ouvrage et les environs sur 360°. Mais sa mission principale est de barrer la route en provenance du Luxembourg.

La chambre de tir sud dispose de deux créneaux pour un jumelage de mitrailleuses Reibel dont l’un peut recevoir un canon antichar de 37 mm Mle 1934. Elle défend l’intervalle vers la vallée de la Moselle, mais surtout elle seconde la tourelle pour barrer la route vers Thionville. Une cloche GFM complète la défense des dessus du coté sud de l’ouvrage.

La petite usine de l’ouvrage de Sentzich est équipée de deux moteurs Baudouin de 36 chevaux. L’ouvrage possédait un équipage de 66 hommes du 168e RIF, sous les ordres du lieutenant Langrand.

Le petit ouvrage de Sentzich

Une des cloches GFM

Une cloche GFM et la tourelle mitrailleuse

La façade arrière du petit ouvrage de Sentzich

Gros Ouvrage du Kobenbusch

L’ouvrage du Kobenbusch (A13) tire son nom du bois où il est construit. Il assurait la continuité des feux entre le Gros Ouvrage de SOETRICH et le Gros Ouvrage du GALGENBERG. Le relief n’étant pas très prononcé, il a été construit comme un ouvrage de plaine avec ses entrées reliées par puits aux galeries profondes. Sa mission était la défense de la pointe du saillant de CATTENOM.

Casemate d’artillerie du bloc7

Pour ce faire, il comprend deux entrées et sept blocs de combat :

  • Entrée des Munitions : en puits, 2 cloches GFM, 1 créneau JM/AC47
  • Entrée des Hommes : en puits , 1 cloche GFM, 1 créneau JM/AC47
  • Bloc 1 : bloc d’infanterie avec 1 Tourelle de mitrailleuses et 1 cloche GFM
  • Bloc 2 : bloc d’infanterie avec 1 créneau JM/AC47, 1 créneau JM et 2 cloches GFM
  • Bloc 3 : bloc observatoire avec 1 cloche GFM et 1 cloche VDP
  • Bloc 4 : bloc d’infanterie avec 1 tourelle de mitrailleuses, 1 cloche GFM et 1 cloche JM
  • Bloc 5 : bloc d’artillerie avec 1 Tourelle de 75 Mle R32 et 1 cloche GFM
  • Bloc 6 : bloc d’artillerie avec 1 Tourelle de 81 et 1 cloche GFM
  • Bloc 7 : bloc d’artillerie avec 3 créneaux de 75 Mle 32, 1 Cloche LG et 2 cloches GFMLe bloc 7, qui est une casemate d’artillerie, flanque la vallée de la MOSELLE conjointement avec le Gros Ouvrage de METRICH.

 

Les 527 hommes d’équipage de l’ouvrage étaient sous les ordres du Commandant Charnal. Les dessous de l’ouvrage ont été noyés lors de la construction du lac artificiel du Mirgenbach pour la Centrale nucléaire de Cattenom.

 


L’entrée munition de l’ouvrage du Kobenbusch

 



L’entrée homme de l’ouvrage du Kobenbusch

Petit Ouvrage de l’Oberheide

L’ouvrage d’infanterie de l’Oberheide (A14) est du type « monobloc ». Il fait partie des quatre petits ouvrages de ce type construits sur la Ligne Maginot, qui sont, d’Est en Ouest, Coume-Annexe Nord, Sentzich, l’Oberheide et le Bois Karre. Les trois derniers se trouvent dans la forêt de Cattenom et sont sauvegardés par notre association. D’autre P.O. du type « monobloc » existent comme le Bois-du-Four ou l’Einseling, mais ces derniers sont en fait constitués d’un seul bloc réalisé d’ouvrages avec galeries souterraines qui n’ont pas été finalisés ou de galeries de liaison qui n’ont pas été terminées dans le second cas. L’ouvrage est un énorme bloc de béton renfermant deux chambres de tir et une tourelle de mitrailleuses. La chambre de tir nord-ouest flanque l’intervalle vers le Kobenbusch, tandis que la chambre sud-est flanque vers la casemate du Sonnenberg et le bloc 2 du Galgenberg. Les deux chambres sont équipées chacune de deux créneaux, jumelage de mitrailleuses Reibel et canons antichar de 37 mm Mle 1934 dans l’un, et jumelage de mitrailleuses Reibel dans l’autre. La tourelle de mitrailleuses défend les dessus de l’ouvrage et les environs sur 360°. Particularité, l’ouvrage comporte quatre cloches GFM. L’une d’elles est équipée d’un périscope J2 et constitue un observatoire d’artillerie pour l’ouvrage de Métrich. La petite usine de l’ouvrage est équipée de deux moteurs Baudouin. L’ouvrage possédait un équipage de 2 officiers et 77 hommes, sous les ordres du lieutenant Pobeau. Attaqué en juin 1940 et soumis à des tentatives d’infiltration, l’ouvrage a été dégagé par l’artillerie de ses puissants voisins, le Galgenberg et le Kobenbusch. Cet ouvrage –très particulier dans la Ligne maginot, comme ses voisins du Bois Karre et de Sentzich – a été déclassé du domaine public militaire en 2011, après avoir subi un « merlonnage » qui a remblayé en bonne partie sa façade arrière. Il est actuellement très envahi par la végétation, mais sécurisé par l’Association LMCE.

Portfolio