Abri du Bois de Cattenom

La ligne Maginot n’était pas uniquement constituée degros ouvrages bardés de canons. Plus des deux tiers des hommes qui y ont servi étaient à l’extérieur et défendaient les "intervalles" entre les ouvrages.

Pour protéger ces hommes des bombardements, des abrispour réserves locales ont été construits. Ils existent selon deux types : les abris-cavernes, qui sont profondément enterrés, et les abris de surface comme celui présenté ici.

Conçu pour abriter 52 hommes, l’abri est équipé d’une centrale électrique (2 moteurs SUPDI) assurant la lumière et la ventilation, d’une cuisinière au charbon fournissant les repas chauds à l’ensemble du personnel, d’une infirmerie, d’un central téléphonique et d’une salle des filtres. Un forage équipé d’une pompe électrique assurait l’alimentation en eau. La plupart de ces équipements sont encore en ordre de marche, et vous aurez plaisir à découvrir une technologie d’un autre âge en état de marche.
JPEG - 3.3 Mo
L’abri du Bois de Cattenom
JPEG - 2.9 Mo
La cuisinière de l’abri
JPEG - 3.2 Mo
L’un des moteurs de l’abri

Petit Ouvrage du Bois Karre

L’ouvrage d’infanterie du Bois Karre (A12) est du type « monobloc » : il n’a pas de galeries souterraines. Il fait partie des quatre petits ouvrages « monoblocs » construits sur la Ligne Maginot qui sont, d’est en ouest, les P.O. de Coume-Annexe Nord, de Sentzich, de l’Oberheide et du Bois Karre. Les trois derniers se trouvent dans la forêt de Cattenom et sont sauvegardés par notre association. Le P.O. du Bois du Four est aussi un P.O. du type « monobloc » mais il est en fait le seul bloc réalisé d’un projet de gros ouvrage avec galeries souterraines qui n’a finalement pas été complété.

Pour remplir ses missions, le P.O. du Bois Karre est équipé de trois chambres de tir et d’une tourelle de mitrailleuses. La chambre de tir ouest dispose de deux créneaux pour un jumelage de mitrailleuses Reibel dont un peut recevoir un canon anti-char de 47 mm Mle 1934. La chambre de tir de la façade Est est pourvue de deux créneaux pour un jumelage de mitrailleuses Reibel dont un peut recevoir un canon antichar de 47 mm Mle 1934. Exceptionnellement le P.O. a une troisième chambre de tir qui est équipée d’un créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel ou pour un canon antichar de 47 mm Mle 1934. Cette chambre de tir devait flanquer la bretelle de Cattenom qui aurait dû être une seconde ligne de fortifications s’étendant de l’ouvrage du Bois Karre à l’ouvrage du Galgenberg. Elle était prévue en retrait du saillant constitué par le Gros ouvrage du Kobenbusch et le Petit Ouvrage de l’Oberheide. Faute de crédits, la bretelle ne sera pas construite à l’exception de ses extrémités : la troisième chambre de tir du P.O. du bois Karre et le bloc 1 du G.O. du Galgenberg.

De plus, l’ouvrage est équipé d’une tourelle de mitrailleuses qui est située en contre-bas des cloches GFM. Elle ne sert donc qu’en action frontale et latérale. Deux cloches GFM complètent la défense des abords de l’ouvrage, une troisième servant d’observatoire. Cette dernière ne possède que deux créneaux.

Voici quelques photos de l’ouvrage :

JPEG - 1.2 Mo

Le petit ouvrage du Bois Karre

JPEG - 6 Mo

La tourelle à mitrailleuse à l’intérieur

JPEG - 2.5 Mo

Une des fresques du petit ouvrage du Bois Karre

JPEG - 2.8 Mo

La tourelle à mitrailleuse à l’extérieur

Gros Ouvrage du Galgenberg

L’ouvrage du Galgenberg (A15) appartenait au Secteur fortifié de Thionville de la Ligne Maginot.
Il est situé au bord de la forêt de Cattenom entre le Gros Ouvrage du KOBENBUSCH et le Gros Ouvrage de METRICH. La mission principale de l’ouvrage était d’occuper un point haut (le « Galgenberg » ) qui offre des vues jusqu’en Allemagne et même vers METZ par temps clair !
Le sommet sous lequel est construit cet ouvrage a permis de réaliser un ouvrage compact avec des galeries de (relativement) faible longueur tout en maintenant l’armement à tir courbe en arrière du sommet, et donc défilé aux vues de l’ennemi.

L’ouvrage comprend deux entrées et six blocs de combat :

  • Entrée des Munitions : de plain-pied, 2 cloches GFM, 1 créneau JM/AC 47
  • Entrée des Hommes : en puits , 2 cloches GFM, 1 créneau JM/AC 47
  • Bloc 1 : bloc d’infanterie avec 1 créneau JM/AC 47, 1 créneau JM et 1 cloche GFM
  • Bloc 2 : bloc d’infanterie avec 1 créneau JM/AC 47, 1 créneau JM et 2 cloches GFM
  • Bloc 3 : bloc d’infanterie avec 1 tourelle de mitrailleuses et 1 cloche GFM
  • Bloc 4 : bloc d’artillerie avec 1 tourelle pour deux mortiers de 81 mm et 1 cloche GFM
  • Bloc 5 : bloc observatoire avec 1 cloche GFM, 1 cloche JM et 1 cloche VDP
  • Bloc 6 : bloc d’artillerie avec 1 tourelle pour deux lance-bombes de 135 mm, 1 cloche LG et 1 cloche GFM

Les 445 hommes de l’équipage de l’ouvrage étaient sous les ordres du Capitaine Guillaume de la Teyssonière.