Petit Ouvrage de l’Oberheide

L’ouvrage d’infanterie de l’Oberheide (A14) est du type « monobloc ». Il fait partie des quatre petits ouvrages de ce type construits sur la Ligne Maginot, qui sont, d’Est en Ouest, Coume-Annexe Nord, Sentzich, l’Oberheide et le Bois Karre. Les trois derniers se trouvent dans la forêt de Cattenom et sont sauvegardés par notre association. D’autre P.O. du type « monobloc » existent comme le Bois-du-Four ou l’Einseling, mais ces derniers sont en fait constitués d’un seul bloc réalisé d’ouvrages avec galeries souterraines qui n’ont pas été finalisés ou de galeries de liaison qui n’ont pas été terminées dans le second cas. L’ouvrage est un énorme bloc de béton renfermant deux chambres de tir et une tourelle de mitrailleuses. La chambre de tir nord-ouest flanque l’intervalle vers le Kobenbusch, tandis que la chambre sud-est flanque vers la casemate du Sonnenberg et le bloc 2 du Galgenberg. Les deux chambres sont équipées chacune de deux créneaux, jumelage de mitrailleuses Reibel et canons antichar de 37 mm Mle 1934 dans l’un, et jumelage de mitrailleuses Reibel dans l’autre. La tourelle de mitrailleuses défend les dessus de l’ouvrage et les environs sur 360°. Particularité, l’ouvrage comporte quatre cloches GFM. L’une d’elles est équipée d’un périscope J2 et constitue un observatoire d’artillerie pour l’ouvrage de Métrich. La petite usine de l’ouvrage est équipée de deux moteurs Baudouin. L’ouvrage possédait un équipage de 2 officiers et 77 hommes, sous les ordres du lieutenant Pobeau. Attaqué en juin 1940 et soumis à des tentatives d’infiltration, l’ouvrage a été dégagé par l’artillerie de ses puissants voisins, le Galgenberg et le Kobenbusch. Cet ouvrage –très particulier dans la Ligne maginot, comme ses voisins du Bois Karre et de Sentzich – a été déclassé du domaine public militaire en 2011, après avoir subi un « merlonnage » qui a remblayé en bonne partie sa façade arrière. Il est actuellement très envahi par la végétation, mais sécurisé par l’Association LMSFBC.

Portfolio

Petit Ouvrage du Bois Karre

L’ouvrage d’infanterie du Bois Karre (A12) est du type « monobloc » : il n’a pas de galeries souterraines. Il fait partie des quatre petits ouvrages « monoblocs » construits sur la Ligne Maginot qui sont, d’est en ouest, les P.O. de Coume-Annexe Nord, de Sentzich, de l’Oberheide et du Bois Karre. Les trois derniers se trouvent dans la forêt de Cattenom et sont sauvegardés par notre association. Le P.O. du Bois du Four est aussi un P.O. du type « monobloc » mais il est en fait le seul bloc réalisé d’un projet de gros ouvrage avec galeries souterraines qui n’a finalement pas été complété.

Pour remplir ses missions, le P.O. du Bois Karre est équipé de trois chambres de tir et d’une tourelle de mitrailleuses. La chambre de tir ouest dispose de deux créneaux pour un jumelage de mitrailleuses Reibel dont un peut recevoir un canon anti-char de 47 mm Mle 1934. La chambre de tir de la façade Est est pourvue de deux créneaux pour un jumelage de mitrailleuses Reibel dont un peut recevoir un canon antichar de 47 mm Mle 1934. Exceptionnellement le P.O. a une troisième chambre de tir qui est équipée d’un créneau pour jumelage de mitrailleuses Reibel ou pour un canon antichar de 47 mm Mle 1934. Cette chambre de tir devait flanquer la bretelle de Cattenom qui aurait dû être une seconde ligne de fortifications s’étendant de l’ouvrage du Bois Karre à l’ouvrage du Galgenberg. Elle était prévue en retrait du saillant constitué par le Gros ouvrage du Kobenbusch et le Petit Ouvrage de l’Oberheide. Faute de crédits, la bretelle ne sera pas construite à l’exception de ses extrémités : la troisième chambre de tir du P.O. du bois Karre et le bloc 1 du G.O. du Galgenberg.

De plus, l’ouvrage est équipé d’une tourelle de mitrailleuses qui est située en contre-bas des cloches GFM. Elle ne sert donc qu’en action frontale et latérale. Deux cloches GFM complètent la défense des abords de l’ouvrage, une troisième servant d’observatoire. Cette dernière ne possède que deux créneaux.

Voici quelques photos de l’ouvrage :

Le petit ouvrage du Bois Karre

JPEG - 6 Mo

La tourelle à mitrailleuse à l’intérieur

JPEG - 2.5 Mo

Une des fresques du petit ouvrage du Bois Karre

JPEG - 2.8 Mo

La tourelle à mitrailleuse à l’extérieur

Abri du Bois de Cattenom

La ligne Maginot n’était pas uniquement constituée degros ouvrages bardés de canons. Plus des deux tiers des hommes qui y ont servi étaient à l’extérieur et défendaient les "intervalles" entre les ouvrages.

Pour protéger ces hommes des bombardements, des abrispour réserves locales ont été construits. Ils existent selon deux types : les abris-cavernes, qui sont profondément enterrés, et les abris de surface comme celui présenté ici.

Conçu pour abriter 52 hommes, l’abri est équipé d’une centrale électrique (2 moteurs SUPDI) assurant la lumière et la ventilation, d’une cuisinière au charbon fournissant les repas chauds à l’ensemble du personnel, d’une infirmerie, d’un central téléphonique et d’une salle des filtres. Un forage équipé d’une pompe électrique assurait l’alimentation en eau. La plupart de ces équipements sont encore en ordre de marche, et vous aurez plaisir à découvrir une technologie d’un autre âge en état de marche.
JPEG - 3.3 Mo
L’abri du Bois de Cattenom
JPEG - 2.9 Mo
La cuisinière de l’abri
JPEG - 3.2 Mo
L’un des moteurs de l’abri